top of page

À propos

Martin Dagois est originaire du Limousin. Il a suivi un parcours d'études artistiques principalement à l'Université Rennes 2 mais aussi à la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Porto (Faculdade de Belas Artes da Universidade do Porto). Il vit et travaille désormais entre Paris et le Limousin.

 

Son apprentissage des techniques a été mené tant de façon autodidacte pour certaines pratiques, directement au contact du matériau pour mieux en saisir les spécificités et capacités, tant de façon très académique, notamment aux Beaux-Arts de Porto, où il a pu suivre des enseignements très précis sur différents travaux du bois, du métal, de la fonte, des vitraux ou des textiles.

 

Aujourd'hui, sa pratique personnelle est composée de sculpture, de vidéo, de photographie, de musique et d'art sonore, en restant ouverte à toute forme d'expérimentation nouvelle. Sa démarche de travail démontre un goût pour une approche assez libre des matériaux et des techniques, résultant à la fois d'une poursuite de la dimension d'autonomie et d'autodidacte, comme d'une forme d'émancipation des enseignements plus académiques de son parcours d'études au préalable. Ses travaux de bricolage, où l'artiste conçoit des machines, outils ou dispositifs pensés pour répondre à des problèmes précis, quoique dérisoires en constituent un bon exemple : le fonctionnement n'est que fictif, la méthode de travail, les outils et matériaux utilisés font que l'objet n'est finalement pas un objet usuel, mais porteur d'une fiction à propos des objets techniques.

 

A travers l'ensemble de ses travaux reviennent fréquemment, en plus de cette approche libre des techniques, les notions de collecte, de détournement, du travail en série, de l'humour, du langage, du personnage et de la fiction, ainsi qu'un intérêt prononcé pour les petites choses du quotidien.

 

 

A partir de cette méthode de travail artistique libre, Martin Dagois mène un travail de recherche dans le cadre d'une thèse de Doctorat, labellisé par l'EUR-CAPS (Creative Approaches to Public Space). Il s'agit d'une Recherche-Création, signifiant que recherches théoriques et bibliographiques, rédaction de la thèse, participations à des évènements de recherche scientifique et développement d'une pratique plastique singulière et autonome sont menés conjointement.

 

Cette thèse, à ce jour intitulée Du bricolage à la bricologie, d'un rapport singulier de l'art à la technique mis en scène dans l'espace public est menée sous la direction de Mme. Marie-Noëlle Semet-Haviaras au sein de l'Unité de Recherche PTAC - Pratique et Théorie de l'Art Contemporain et de l'Ecole Doctorale Arts-Lettres-Langues à l'Université Rennes 2, ou Martin Dagois enseigne sur différents cours au département d'Arts Plastiques.

Cette thèse étudie en profondeur la figure du bricoleur, travailleur manuel amateur, solitaire et autodidacte, et la façon dont cette figure peut se retrouver dans les pratiques plastiques contemporaines. Le bricoleur (en opposition à l'ingénieur, homme de sciences érudit, organisé et organisateur, spécialisé dans un domaine précis) œuvre avec les moyens du bord, qui peuvent aller des matériaux de récupération aux outils rudimentaires, parfois inadaptés en passant par des objets détournés. Le bricoleur est un touche-à-tout, bien que spécialiste de rien. Sa démarche est volontaire, en dépit de ses nombreuses lacunes tant scientifiques et théoriques que pratiques, et s'appuie alors sur des raisonnements scientifiques infondés. Ainsi, même s'il se fait une idée générale de sa future réalisation, il ne la rationalise pas, ne la concrétise pas étape par étape, et sa réalisation finale est plutôt éloigné de son projet initial. Cette marge entre projet et réalisation s'agrandit au fur et à mesure des accidents, erreurs et imperfections imprévues et non-contrôlées. En somme, au cours de la construction le bricoleur fait le deuil de l'objet prévu pour le découvrir dans sa forme finie.

 

Il semble néanmoins que le bricoleur ne cherche pas fondamentalement à produire des objets efficaces et robustes, sa méthode de travail n'est pas la plus adaptée pour cela. Lorsqu'il bricole, il travaille en fait tout autant sur lui-même que sur sa construction en cours. Et symboliquement, il se réalise lui-même, dans une démarche totalement libre et autonome, sans contrainte ni injonction à la réussite absolue ou rendement important. Et si ses productions s'avèrent imparfaites, elles n'en demeurent pas moins absolument singulières, le caractère d'unicité se retrouvant à travers la trace des luttes avec l'outil et le matériau, des pertes de contrôles et des accidents spontané, impossibles à reproduire tel quel.

 

Ce développement est mené en évoquant également au fil de la thèse de nombreux artistes plasticiens contemporains ou plus anciens, mais également le cinéma, et principalement les débuts du cinéma burlesque américain, mais aussi les objets techniques, la figure de l'artisan, le design, la mécanisation et la division du travail, les liens entre technique et culture, l'espace public, l'Humanisme, le Low-Tech, les prothèses, le transhumanisme ou encore différentes pratiques survivalistes.

 

Lien vers le sujet de thèse déposé sur Thèse.fr : https://www.theses.fr/s268705

Expositions :

2023 : L’art est-il sérieux ?, Salon des Arts Plastiques de Pierrefitte-sur-Seine,  Espace culturel Maurice Utrillo, Pierrefitte-sur-Seine, Décembre 2023.

2023 : Poste : video arte, Galeria da fundação Extéril, Porto, Juillet 2023.

2023 : Electrons libres, Art & Leadership, Galerie Bleue, Vence, Février-Mars 2023.

2022 : Espais temporalmente clausurats, ETC Boarded up Spaces, Idensitat, Castell de Montjuïc, Barcelone, Novembre 2022.

 

2022 : Waterscapes, EASA Conference, Belfast University, Juillet 2022.

 

2018 : Tubo de Ensaios, Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Porto, Juin 2018.

Activités de recherche :

2020- : Travail sur une thèse de Doctorat. Thèse recherche-création en Arts Plastiques, Unité de recherche Pratique et Théorie de l'Art Contemporain (PTAC), École doctorale Arts-Lettre-Langues, sous la direction de Mme. Marie-Noëlle Semet-Haviaras.

Intitulé du sujet : Du bricolage à la bricologie d'un rapport singulier de l'art à la technique mis en scène dans l'espace public.

Publications :

2023 : Article intitulé Chaplin, Charlot et le rire, les ressorts comiques du vagabond dans K. Revue trans-européenne de philosophie et arts, titre du numéro : Charlot, le grand déserteur, paru en Juillet 2023. L’article est disponible en ligne ici : https://revue-k.univ-lille.fr/numero-10.html

2023 : Article intitulé L’artiste à l’image du bricoleur, quand faire avec les moyens du bord rime avec s’adapter au champ des possibles contenu dans l’atelier, dans la revue Ligeia, titre du numéro : L’atelier comme œuvre, parution en Octobre 2023. La revue est disponible en librairie et bibliothèque.

Conférences et communications : 

2023 : Communication donnée lors du séminaire Imaginaires techniques, de l’Unité de recherche IELT (Instituto de Estudos de Literatura e Tradição), Université Nouvelle de Lisbonne le 27/04/2023. Titre de la communication : La méthode du bricoleur, travailleur de la matière et de l’imaginaire (titre original : Bricolagem : um trabalho dos materiais e do imaginário).

2023 : Communication donnée lors du séminaire Autres fictions, autres savoirs : la fiction comme méthode de l’Unité de Recherche PTAC à l’Université Rennes 2 le 01/03/2023. Titre de la communication : Cinéma burlesque : créer un contexte de fiction pour le délaisser au profit de l’action.

2022 : Communication donnée lors du Colloque International du laboratoire IELT (Instituto de Estudos de Literatura e Tradição), Université Nouvelle de Lisbonne, Retours à l'animalité: postures théoriques, approches culturelles et manifestations artistiques, 26-27-28/10/2022.

Titre de la communication : Corps-outils, transhumanisme, ou bien retour à la posture animale ? À propos d'altérations physiques en art contemporain. Publication de la communication à venir.

 

2022 : Communication donnée lors de la Journée d'Étude du laboratoire Héritages, CY Cergy Paris-Université, La lenteur : geste(s), gestation(s) et réception(s) du 19/09/2022.

Titre de la communication : Le bricoleur : un flâneur outil en main dans un travail technique libre et autonome.

 

2022 : Communication donnée lors du séminaire de l'Unité de recherche PTAC Objets d'art, produits dérivés de l'art, objets sans qualité, objets usuels, objets étranges. En quoi l'objet devient-il un argument essentiel de la recherche, en quoi peut-il proposer une ouverture sur un questionnement à la lisière de l'artistique et du social (ou d'un autre champ que celui de l'art) ? du 22/02/2022.

 

2022 : Participation comme artiste-chercheur au séminaire international Public Arts Garage (co-organisation entre Université Rennes 2, Universitat de Barcelona, Bahaus-Universität Weimar, Queen's University Belfast & University College Cork) sur les problématiques de l'art dans l'espace public.

 

2021 : Communication donnée lors du séminaire de l'Unité de recherche PTAC La place de la pratique artistique dans la thèse en arts plastiques : enjeux et tactiques du 09/03/2021.

 

Formation :

 

2018-2020 : Master Arts Plastiques, Université Rennes 2, Rennes. Master obtenu Mention Très Bien.

 

2017-2018 : Troisième année de Licence effectuée dans le cadre d'une mobilité internationale à la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Porto, Portugal (Faculdade de Belas Artes da Universidade do Porto). Licence obtenue Mention Bien.

 

2018 : Formation à la fonte, Centre de Formation Professionnelle de l'Industrie de la Fonte, Porto, Portugal (Centro de Formação Profissional da Indústria de Fundição).

2015-2017 : Licence Arts Plastiques, Université Rennes 2, Rennes.

 

bottom of page